Finir son assiette quand on a plus faim, c’est violent.

J’ai bien compris l’idée de ne gâcher de la nourriture et j’y adhère complètement. Mais en forçant un enfant ou un adulte à finir son assiette, on prend le problème dans le mauvais sens.

Que veut-on éviter en forçant un enfant qui n’a plus faim à finir assiette ? Mettre le reste de la nourriture à la poubelle, c’est bien ça? C’est donc soit la poubelle, soit le corps de votre enfant. 

you are what you eatUn jour j’ai compris cela, et depuis je refus de prendre mon corps pour une poubelle. Comment faire alors? C’est très simple : je me sers moins, je sers moins mes enfants et, le cas échéant, je mets l’excédent dans un tupperware en verre que je réchauffe plus tard (pour de vrai hein, parce que chez ma maman le frigo est plein de tupperware qu’elle ne finit jamais ;) ).

Un autre truc est de retirer son assiette dès que l’on sent que l’on a plus faim. Combien de fois ai-je senti que je n’avais plus faim, arrêté de manger, et repris une petite fourchette deci-delà en attendant que les autres finissent ?

En se forçant à finir une assiette, on dit à son corps que cela ne sert à rien de nous envoyer des signaux de satiété. On s’habitue à manger plus que nécessaire. On oblige notre corps à digérer plus que nécessaire. On lui donne plus de travail et on le fatigue prématurément.